Dans le poisson, tout est bon ? Découverte de la tannerie sur peau de silure.



À l'occasion des Assemblées de Loire se tenait un atelier de tannerie de peau de silure au POLAU, à Saint-Pierre-des-Corps. Il était animé par Lotta Rhame, une tanneuse suédoise, spécialiste de la tannerie de peau de poisson.


De la pêche responsable par un pêcheur de Loire (Thierry Bouvet) au tannage de sa peau en passant par la préparation de la chaire par des restaurants gastronomiques de la région, le silure va être utilisé presque intégralement, ce qui permet de limiter au maximum les déchets. Il s'agit d'un poisson dont on entend souvent parler en Val de Loire mais que l'on retrouve en fait dans la plupart des fleuves et lacs français. Pouvant faire jusqu'à 2m de long (1,5 en moyenne) et quelques dizaines de kilos, il est omnivore et souvent considéré comme nuisible, grignotant tout sur son passage. S'il a mauvaise presse, des citoyen.ne.s tentent de lui redonner quelques lettres de noblesse.


Dans le cadre de cet atelier, la peau du poisson était tannée afin de créer une couverture pour le livre retraçant la démarche du Parlement de Loire, Le fleuve qui voulait écrire, mis en récit par Camille de Toledo. Lotta Rhame et les participantes à l'atelier nous expliquent le processus traditionnel du tannage, les produits utilisés (tous naturels), les différences entre peaux de poisson et les diverses transformations.


Retrouvez les Assemblées de Loire ici : https://www.assembleesdeloire.com/


Plus d'infos sur http://polau.org/