Plastic Vortex, un barrage contre le plastique

19.11.2019

DÉPOLLUTION - Et si lutter contre la pollution dans les océans  commençait en bas de chez nous, à la surface de nos rivières ? Bien sûr, le mieux serait encore qu'il n'y en ait tout simplement pas, de pollution, mais comme le renversement de notre système n'est, a priori, pas pour demain, une jeune entreprise toulousaine a décidé d'en inventer un (de système) pour contribuer efficacement à limiter l'arrivage de bouteilles plastiques dans nos mers. Découverte, croisière et démonstration avec Alexis, fondateur de Plastic Vortex.

 

© Les Pandas Roux / droits réservés

 

 

"Moi, je voulais donner du sens à ma vie pendant mes études. Le problème de la pollution des océans, qui a une source locale, m'a touché. Quand on sait que, selon des estimations, en 2040 ou en 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans, on se dit "est-ce qu'on cherche un emploi classique ou est-ce qu'on tente d'améliorer le sort des océans et, en somme, partir à l'aventure ? J'ai choisi la deuxième voie !". Voilà, en quelque sorte, comment résumer la naissance de Plastic Vortex par Alexis, son fondateur. Une idée pas si folle de laquelle a émergé un système efficace de récupération des déchets flottants sur les fleuves. Un système fait de matériaux majoritairement recyclés ou réutilisés qui ne nécessite aucune autre énergie que celle fournie par l'eau. Un miracle ? Non, une très bonne idée pleine de bon sens et adaptée aux cours d'eau de France et de Navarre.  

 

 

  

Lutter contre le plastique par le plastique (mais pas que)


Un barrage mais pas seulement. De loin, on a aperçoit d'abord les boudins qui forment une sorte de "V" flottant. Au milieu, un tapis roulant est actionné par les roues à aube fonctionnant grâce au courant. La Garonne canalise les déchets qui sont ensuite "attraper" par les boudins et remontés vers le bac situé derrière le tapis roulant. Les déchets sont donc captés, prêts à être ramenés vers la berge et mis dans le circuit classique de recyclage. Pratique, efficace et sans nuisance, ce système a même été élaboré à partir de matériaux récupérés ou recyclés (bois pour le tapis et les roues, bouteilles en plastique pour former le barrage, par exemple). C'est donc un cercle vertueux fonctionnant à la force tranquille des courants. 

  

 

 

© Plastic Vortex

 

L'équipe de Plastic Vortex passe plusieurs fois par semaine relever les déchets, en fonction des saisons ou des pluies. "On remonte en moyenne une trentaine de bouteilles par jour." Des initiatives de communication pour lutter contre la pollution, comme le "World Clean Up Day" semblent porter leurs fruits. Sur une journée ou une semaine, les gens sont invités à ramasser les déchets partout où ils pourraient en trouver : dans la rue, sur les bords des rivières, dans les champs, etc. Toulouse ne fait pas exception à la règle et accueille chaque année plusieurs activités liées à cette journée d'action et de sensibilisation. "Cette année, après cette journée, on s'est rendu compte que l'on avait récupéré beaucoup moins de déchets, c'est donc qu'il y a un impact positif". C'est ainsi que l'on peut comprendre les effets vertueux de la sensibilisation, autre grand projet de Plastic Vortex. 

80% de la pollution océanique provient des terres.

 

 

Sensibiliser et partager 

 

La proximité de l'installation avec les berges permet à l'équipe de Plastic Vortex d'échanger avec les promeneurs. "Il y a du passage, les gens nous encouragent" nous indique Alexis. Un panneau d'information permet également de l'apporter plus amples détails sur le fonctionnement et de donner à voir in situ ce système de récupération des déchets.

 

Une ville comme Toulouse génère en moyenne

 

1,5 tonne de macro-déchets plastiques par an.

 

 

Par ailleurs, l'entreprise mène plusieurs actions de sensibilisation, auprès des petits comme des plus grands. Par exemple, pour fabriquer les flotteurs, c'est toute une communication qui a été effectuée sur le besoin de bouteilles en plastiques pour enclencher sa construction. "L'idée, c'est qu'évidemment, ça serait mieux s'il n'y avait pas de plastiques mais dire que le plastique est le problème, c'est faire du bouc-émissariat. Donc on a demandé aux gens de ramener leur bouteille en plastique. On réutilise les bouteilles qui représentent la majorité du problème et on en fait une solution. C'est ce qu'on appelle créer un cercle vertueux.". On n'aurait pas mieux fait. 

 

 

 

Dupliquer le système 

 

 

Construit sur le principe de l'innovation frugale, cette installation se veut hautement duplicable afin de pouvoir le rendre accessible à tou.te.s, association comme citoyen.ne.s. Si le système installé est encore en expérimentation, il est déjà à 85% de fiabilité. "En stock, nous avons déjà les plans techniques affinés d'un modèle qui augmente la fiabilité de ce système, il est prêt et conçu" explique Alexis. Prochaine étape, donc, la recherche de financement ! C'est le moment où vous, lecteur, pouvez intervenir. En effet, Plastic Vortex lance sa première collecte de fond afin de "financer une version industrielle performante et opérationnelle en 2020" et permettre de "déployer notre système sur la Garonne mais aussi en Occitanie, en France et ailleurs !". Le souhait des comparses est de pouvoir réunir une première partie de fonds afin de répondre à l'appel à projets lancé par la région Occitanie qui viendra ajouter un financement afin de déployer le Vortex 2 sur la Garonne et le Lez.

 

Alors, à vos bourses, et vive l'aventure !

 

 

 

 

DANS LE MÊME UNIVERS

. Earthwake, une machine pour transformer le plastique en carburant

. Plastic Odyssey, l’expédition qui veut s’attaquer à la pollution plastique dans le monde (entre autres)

. Bilum, maison de création pour matériaux récupérés

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload