Les chefs s’engagent pour promouvoir une alimentation responsable !

17.09.2019

ALIMENTATION – Nourrir et éduquer, ce sont les deux missions de la Tablée des chefs, une association née au Québec et débarquée en France en 2013. Pour promouvoir une alimentation saine, solidaire et durable pour toutes et tous, La Tablée des Chefs mise sur le cœur, l’énergie et le savoir-faire de grands chefs qui s’engagent bénévolement. On a rencontré une partie de l’équipe.

 

© Les Pandas Roux 

 

 

Si vous travaillez dans l’événementiel ou que vous avez déjà dévalisé le buffet d’une réception, d’un salon ou autre meeting, vous savez que les appétits, même les plus gourmands, ont leurs limites. Et, le cœur lourd – vous auriez bien repris de ces tartelettes chocolat-framboise craquantes et fondantes mais là c’est vraiment trop - vous vous êtes déjà demandé.e « tout ça ne va quand même pas finir à la poubelle ? ». Évidemment, la réponse est si !  Mais ce gâchis est peut-être derrière nous… grâce à des associations comme La Tablée des Chefs. 

 

 

UNE HISTOIRE NÉE EN 2002 AU CANADA

 

La Tablée de chefs, c’est une aventure née outre-Atlantique à l’initiative de Jean-François Archambault. Après des études en gestion hôtelière, ce dernier fait carrière dans le milieu de l’hôtellerie et de la restauration comme directeur des ventes dans plusieurs grands hôtels du Québec. Quotidiennement confronté au gaspillage alimentaire, devant les leaders du secteur de la restauration, il présente en 2002 son projet de récupération alimentaire dans les hôtels et auprès des traiteurs. La Tablée des Chefs voit alors le jour. Et, comme il réalise vite que le gaspillage alimentaire se nourrit (sic !) d’un manque d’éducation culinaire, il lance des ateliers culinaires dans les établissements scolaires pour sensibiliser les jeunes et les aider à développer autonomie et compétences culinaires. Au point de susciter, parfois, des vocations.

 

Vincent Brassard, qui évolue dans le secteur de l’hôtellerie-restauration de longue date, a lui aussi fait le constat du gaspillage alimentaire énorme généré par les professionnels du secteur en France. Alors, quand en pleine interrogation sur son avenir il a découvert l’existence de La Tablée des Chefs, il a envoyé un mail à l'adresse mail de contact : « Je les ai contactés, je leur ai dit que j’étais à Paris, que je connaissais bien ce monde-là et qu’il y avait quelque chose à faire… Jean-François Archambault m’a dit « écoute, je viens à Paris dans 2 ou 3 mois, ça serait intéressant qu’on se rencontre ». (…) Et on s’est rencontré, on a bu un café, ça a duré une heure (…) et à la fin, on s’est tapé dans la main et on a dit « on lance la Tablée des chefs en France » ». 

 

 

NOURRIR… POUR AGIR !

 

Nourrir, c’est la mission numéro 1 de la Tablée des Chefs, qui d’adresse en particulier aux acteurs et actrices du secteur de l’hôtellerie-restauration pour les sensibiliser au gaspillage et à l’insécurité alimentaires. Et faire en sorte qu’ils s’engagent sur ces problématiques à travers trois types d’action : la récupération alimentaire, la semaine des écoles hôtelières et le défi « Mets ta toque ». 

 

La récupération alimentaire : le service de récupération alimentaire de La Tablée des Chefs France fait le lien entre les donateurs du milieu de l’hôtellerie-restauration, les organisateurs d’événements, les traiteurs et les associations communautaires qui récupèrent et redistribuent les surplus alimentaires, afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, en facilitant et organisant la redistribution de surplus cuisinés dans des conditions d’hygiène garanties. 

 

427 000 plats

ont été récupérés et redistribués l’année dernière au Canada.

 

La semaine des écoles hôtelières : pour sensibiliser les jeunes au don alimentaire, La Tablée des Chefs mobilise tous les ans pendant deux semaines les élèves d’écoles hôtelières, au Canada et en France, pour cuisiner des repas et les distribuer auprès de bénéficiaires de l’aide alimentaire.

Certains lycées vont même jusqu’à héberger l’événement et les élèves sont à la fois aux fourneaux et au service. La boucle vertueuse est ainsi bouclée… pour le plus grand plaisir des hôtes comme des convives. 

 

1000 élèves / 30 lycées hôteliers 

ont participé à la semaine des écoles hôtelières partout en France en 2019. 14 000 portions ont été cuisinées et servies !

Le défi solidaire « Mets ta toque » : proposé aux entreprises, ils invitent les collaborateurs à participer à des ateliers culinaires organisés par des chefs professionnels et engagés. C’est un défi solidaire qui consiste, pour quelques heures ou pour une journée, à transformer les équipes en brigades et à cuisiner des repas pour les bénéficiaires de l’aide alimentaire. Parait que ça resserre les liens entre collègues. Surtout, les bénéfices de ce défi solidaire permettent à la Tablée des Chefs de financer ses programmes d’éducation culinaire destinés aux jeunes de foyers et de collèges des réseaux d’éducation prioritaire. 

 

© Corinne Jamet 

 

 

ÉDUQUER… POUR ESSAIMER !

 

Pour aller plus loin dans la sensibilisation, la Tablée des Chefs a mis sur pied un programme pour éduquer les générations futures à une alimentation saine et durable. Des ateliers d’éducation culinaire sont conçus et animés, toujours par des chefs professionnels engagés et bénévoles, dans des maisons d’enfants à caractère social et dans les collèges en zone d’éducation prioritaire. Ce sont les fameuses brigades et ateliers culinaires !

 

Les brigades culinaires : au cours d’une année scolaire, 10 ateliers sont proposés à des collégiennes et collégiens au cours desquels un chef transmet les principes d’une alimentation saine et équilibrée, les techniques de base de la cuisine et les règles d’hygiène et de sécurité autour d’une recette. Objectif : apprendre à bien gérer son budget « course », lutter contre le gaspillage alimentaire et montrer qu’il existe des alternatives à la malbouffe en cuisinant des produits frais, locaux – même si quelques épices transcendent les recettes et font partie de la découverte -, bio, de saison et bon marché. Ces connaissances ont bien évidemment vocation à être partagées le soir avec les familles. Cerise sur le gâteau, les repas préparés lors de ses ateliers sont faits pour être rapportés à la maison… quand ils ne sont pas dégustés en chemin. La gourmandise n’a pas d’âge…

 

 © La Tablée des chefs - Brigade culinaire dans un collège à Poissy

 

Les ateliers culinaires : organisés dans les Maisons d’Enfants à Caractère Social (MECS), plus communément appelées « foyers », ce programme vise le même objectif que les brigades culinaires des collèges : donner les clés théoriques et pratiques pour se nourrir mieux et moins gaspiller. Ce sont surtout des moments privilégiés de partage avec les chefs qui redonnent confiance: « Cette année à Caen (ndlr : à l’occasion de la Semaine des écoles hôtelières), c’est un chef étoilé qui est venu donner des cours à des élèves de SEGPA qui sont en échec scolaire. Pour ces jeunes-là, ce n’est pas rien, ça redonne de l’estime de soi. Qu’ils puissent mobiliser des gens qui ont ce savoir-faire, ces valeurs, pour eux, c’est un vrai coup de boost » explique Vincent. Cela crée aussi des vocations : « Les chefs présentent aussi un métier et pour certains jeunes, il y a des révélations, ça leur donne envie de s’engager dans des métiers de l’alimentaire, de la restauration et particulièrement de la cuisine. Parfois, cela amène à des recrutements par nos chefs », conclut Laura, responsable éducation culinaire pour la Tablée de Chefs.

 

 

© La Tablée des Chefs - Lancement de la Semaine des Écoles Hôtelières au lycée des métiers de l'hôtellerie et restauration & CFA Beillard

 

 

LES CHEFS AU (GRAND) CŒUR 

 

Bien évidemment, la Tablée des Chefs ne serait rien sans l’engagement et la générosité des chefs qui partagent leur savoir-faire et leur passion de la cuisine auprès de tous ces jeunes. Au rang desquels, l’élite de la cuisine française (voire mondiale) : des MOFs (Meilleurs Ouvriers de France), des chefs étoilés, des candidats du concours Top Chefs !, etc.Même Guillaume Gomez, le chef de l’Elysée donne de son temps. Pour le plus grand plaisir de leurs commis d’un (ou plusieurs) moment(s) : « On s’entraide beaucoup, on travaille ensemble, on est vraiment comme une grande famille » explique une membre de brigade culinaire. « C’est de la vie, c’est de l’art, c’est de l’amour, c’est de la famille », conclut Michèle, 18 ans.

 

Sur ces beaux témoignages, il n’y a rien à ajouter… si ce n’est qu’en effet la cuisine, c’est la vie !

 

 

Pour en savoir plus ou prendre part à l’aventure : www.tableedeschefs.fr

 

 

 

DANS LE MÊME UNIVERS :

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload