À la Drècherie, on fabrique du pain et des gâteaux apéro avec de la bière (ou presque) !

03.04.2019

ALIMENTATION - Alors que les questions de recyclage et d'anti-gaspillage sont plus que jamais au cœur de l'actualité (en tout cas, chez Les Pandas Roux), une initiative d'un genre nouveau voit le jour dans le 19e arrondissement de Paris : créer un atelier mutualisé au cœur d'une brasserie artisanale pour réutiliser les produits issus du brassage de la bière et les transformer en nourriture. Comment ? Elsa, fondatrice des Brewsticks, nous raconte.

 

© Les Pandas Roux / Images La Drècherie

 

 

La drèche, la drèche, la drèche... On n'a que ce mot-là à la bouche et vous n'y comprenez que couic ? Il s'agit de la partie solide issue des céréales maltées utilisées pour réaliser le brassage de la bière. "La bière, la partie liquide, contient les sucres, qui ont été transformés en alcool et en gaz carbonique par les levures et la drèche récupère les fibres et les protéines des céréales", nous explique Elsa, familière de la question.

La couleur de la drèche et son aspect vont varier en fonction des céréales qui auront servi de base au brassage. Mais, l'odeur, elle, reste délicieuse et gourmande en toute circonstance. En tout cas, c'est ce que nous assure Elsa qui nous conseille également d'aller visiter des brasseurs à côté de chez nous pour confirmer cela au plus vite.

 

 

Pour couronner le tout, la drèche possède également des vertus nourrissantes très intéressantes car riche en fibres et en protéines. Son utilisation convient donc parfaitement à une alimentation animale mais également à une alimentation plus... humaine !
 

 

Un atelier mutualisé de fabrication de pain et de biscuits apéritifs 

 

"Historiquement, les brasseries artisanales étaient plutôt situées à la campagne ou bien dans des petites villes" poursuit Elsa, et la drèche était donc naturellement recyclée en nourriture animale pour les élevages situés aux alentours. Alors que le développement des brasseries artisanales en ville est en pleine croissance, le recyclage et/ou l'évacuation de la drèche pose problème. En effet, une brasserie comme la Brasserie de l'Être, où sera accueilli l'atelier mutualisé (on y vient, on y vient), produit près de 4 tonnes de drèche par mois...

 

C'est donc sur cette partie qu'intervient Elsa, qui réutilise la drèche en produisant des biscuits apéritifs, les Brewsticks, que l'on retrouve - pour le moment - en 4 goûts (Spicy de Tomate, Weed de Breizh, Coco de Curry et Black de Sésame). Si le produit de base est sourcé en économie circulaire (la drèche), quelques ingrédients ajoutés en petite quantité sont de provenance un peu plus lointaine comme les algues de Saint-Malo ou encore le curry. Pour le plus grand bonheur de notre palais et de ses découvertes gustatives.

© Brewsticks

 

Accompagnée de son acolyte Pierre-Elie, boulanger de l'Origine du Pain, ils récupèrent la drèche de la Brasserie pour la transformer en produits délicieux et sains. 

Mieux, ils s'installeront prochainement au cœur de la Brasserie de l'Être pour déployer leur atelier mutualisé, agrandir leur espace de travail et augmenter leurs capacités de production de pain et de Brewsticks tout en étant approvisionnés directement sur place en matière première.

C’est ce qu’on appelle, en écologie industrielle et territoriale, une symbiose micro-industrielle : en réintroduisant des matières inutilisées dans les procédés de production, on boucle la boucle, on réduit les déchets, et on crée de la valeur localement !

Pour découvrir le projet de l'atelier mutualisé, c'est par ici...

 

© La Drècherie

 

 

Recyclage, économie circulaire, alimentation saine... On a tout le monde ? 

 

Vous le savez, chez Les Pandas Roux, on apprécie les projets qui cochent toutes les cases du bon sens. Avec La Drècherie, on peut dire qu'on est servi : recyclage et réemploi d'une matière première en circuit -ultra- court, qui favorise l'économie circulaire et, surtout, d'excellents produits en fin de production.

 

L'impact le plus important d'une telle initiative serait, pour Elsa, au niveau local car c'est à cette échelle que l'on peut mesurer réellement les retombées positives. C'est, d'ailleurs à ce niveau et grâce à ces produits très concrets que sont la drèche, le pain ou encore les biscuits qu'elle souhaite favoriser la prise de conscience et la sensibilisation aux questions écologiques, locales et alimentaires. Pour cette ancienne consultante en gestion des déchets, c'est également le niveau à privilégier pour entamer la réduction de son impact sur l'environnement... Vous avez compris le message ? On se dépêche d'aller visiter la brasserie la plus proche de chez soi, et plus vite que ça !


Vous souhaitez soutenir La Drècherie ? Leur campagne de crowdfunding sur Blue Bees prendra fin le 6 avril, dépêchez-vous : https://bluebees.fr/fr/project/522-Drecherie.  

 

 

DANS LE MÊME UNIVERS :

. Le zero waste, porte d’entrée vers plus de santé, d’écologie et d’éthique ?

Fermes d'avenir, faire pousser l'agriculture du futur

HopHopFood facilite le don alimentaire entre particuliers

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload