Bibliothèques sans frontières rend la connaissance accessible

05.09.2018

CULTURE / ÉDUCATION - Fondée il y a 11 ans, l’ONG Bibliothèques sans frontières a pour vocation de rapprocher de la culture ceux qui en sont le plus éloignés. Comment ? Via de nombreux projets, tous uniques, mis en oeuvre sur les 6 continents et dans plus de 30 pays dans le monde. Voyage à travers les livres et les 1001 façons de les faire découvrir avec Amandine, directrice de la communication de l’ONG.

 

© Les Pandas Roux - Illustrations et vidéos Bibliothèques sans frontières

 

 

Pourquoi Bibliothèques sans frontières ?

 

Bibliothèques sans frontières a été créée dans le but de donner à tous, partout dans le monde et en particulier aux populations les plus démunies, les moyens de s’informer et de s’éduquer, de s’ouvrir sur le monde et de l’éclairer en retour. Sa mission recouvre 3 grands axes d’intervention : l'urgence et post-conflit, l'éducation populaire et la culture pour tous ou encore l'entrepreneuriat social. C’est une vision très ouverte de la bibliothèque que propose l’ONG : des lieux, des espaces temporaires ou pérennes où peuvent fourmiller livres, projets numériques, rencontres, innovations ou encore possibilité d’incubation, toujours à destination de ceux qui en sont le plus éloignés.

 

 

Une action sans frontières

 

Établie en France mais aussi aux États-Unis (où son confrère anglophone Libraries without borders a été créé) et dans quelques antennes locales, Bibliothèques sans frontières agit partout et ne manque “malheureusement” pas de travail. "Des projets, on en a des centaines. Et leurs particularités, c’est qu’ils sont tous différents, parce que tous uniques", nous dit Amandine qui ajoute que "ces projets sont toujours élaborés avec un partenaire local."

 

Des Voyageurs du numérique en France, en passant par l'Ideas Box, déployée dans des camps de réfugiés, au programme BSF Campus proposé notamment au Sénégal et qui permet à chaque participant qui souhaite entreprendre professionnellement de développer son projet, les actions de Bibliothèques sans frontières sont facilement transmissibles et adaptées à chaque environnement et à chaque besoin.

 

 

L’Ideas Box

 

Conçue par Philippe Starck pour être déployée dans le cadre de situation d’urgence humanitaire et dans des camps de réfugiés, l’Ideas Box est une médiathèque en kit, colorée, facilement transportable sur le terrain. On peut, depuis quelques années, la retrouver également dans les territoires ruraux ou les quartiers "Politiques de la ville" en France, par exemple.

Quand on a tout perdu, quand on n'a plus rien, 

la seule chose qu'on ne peut pas vous enlever, c'est le rêve. 

Philippe Stark (source BSF)

Cette bibliothèque itinérante est bien fournie : on peut y retrouver quelque 300 livres, des tablettes et ordinateurs ainsi qu’une connexion Internet satellitaire et un générateur d’électricité, 26 000 contenus (livres, films ou encore vidéos pédagogiques) en 30 langues différentes.

 

                           Source : © Bibliothèques sans frontières 

 

 

Agir en tant que citoyen

 

Si Augustin Trapenard, parrain de l’ONG, est le plus célèbre des bénévoles engagé auprès Bibliothèques sans frontières, il est également possible pour vous, pour nous, citoyen.e.s, de rejoindre cette belle aventure ou de leur donner les moyens de continuer leurs actions à travers le monde. Vous pouvez commencer par partager cette vidéo (en échange de la reconnaissance éternelle des Pandas Roux et de Bibliothèques sans frontières), faire un don, leur transmettre vos livres, CD et DVD que vous souhaitez offrir ou encore devenir bénévole.

 

Et si vous aussi vous avez l’envie ou le besoin de créer une bibliothèque en bas de chez vous, n’hésitez pas à les contacter, l’équipe de l’ONG se fera une joie de vous aider. 

M’engager auprès de Bibliothèques sans frontières

est une grande fierté… J’ai toujours envisagé

mon lien avec les livres dans le partage.

Il m’est très important de partager cette joie de lire et

l’enrichissement dont j’ai pu profiter, cette ouverture aux autres.”

Augustin Trapenard (source BSF)

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload