Avec Echo-Mer, écoute ta mer !

28.05.2019

ÉCOLOGIE - Née il y a 19 ans, l'association Echo-Mer développe à La Rochelle des actions autour de la pédagogie et de la revalorisation des matières afin d'éveiller les consciences au sujet de l'urgence climatique et de la préservation des océans. Dans une volonté de démonstration par l'exemple, David Beaulieu, co-fondateur, nous explique ses - nombreuses - activités. 

 

© Les Pandas Roux / droits réservés

 

Pour aller de Newport, aux États-Unis, à Hendaye, en France, on s'imagine une belle route maritime sur laquelle on pourrait croiser plein d'animaux marins qui batifoleraient gaiement dans l'eau salée avec leurs congénères à nageoire. C'est - presque - le cas. En tout cas, pour la partie "américaine" du voyage où d'après David, "on remonte vers le Labrador, on voit énormément de dauphins et on peut même voir des baleines". Sauf qu'en arrivant côté européen, c'est un autre spectacle qui s'offre aux voyageurs. Déchets plastiques partout, le monde sauvage marin est tout de suite moins attrayant. C'est après avoir reçu cet "écho de la mer" que David lance l'association Echo-Mer entouré d'autres militants, bien décidés à renverser la tendance depuis La Rochelle.

 

 

Pédagogie tout-terrain

 

L'association agit principalement dans deux domaines : la pédagogie et la revalorisation des déchets. Côté pédagogie, Echo-Mer intervient sur plusieurs fronts. Tout d'abord, dans les écoles, collèges ou lycées, au contact des élèves et des équipes enseignantes. Des vidéos explicatives aux sorties de terrain sur le littoral, en mer ou via les aires marines éducatives, les activités sont vastes pour éclairer les jeunes le plus tôt possible sur ces enjeux environnementaux d'une importance capitale. Ces derniers sont d'ailleurs sollicités par l'association, une fois rentrés à la maison, pour boucler la boucle et éduquer leurs parents à un mode de vie plus durable et plus responsable avec le dispositif Écoute tes enfants

 

Lancé en 2012 aux Marquises, le concept d' aire marine éducative correspond à une zone maritime littorale de petite taille qui est gérée de manière participative par les élèves d’une école primaire suivant des principes définis par une charte. Elle constitue un projet pédagogique et écocitoyen de connaissance et de protection du milieu marin par des jeunes publics. 

Source : http://www.aires-marines.fr

Par ailleurs, l'équipe développe des outils d'information et travaille également avec des associations, comme l'Association des Ports de Plaisance de l'Atlantique, afin de sensibiliser plaisanciers et touristes à des gestes et des réflexes plus écologiques : laver son bateau à l'eau de mer ou encore, geste de bon sens mais toujours bon à rappeler, ne pas jeter son mégot dans le port (ni autre part que dans une poubelle, d'ailleurs). De panneaux signalétiques dans les ports aux "Opérations Pontons" au cours desquelles l'association va à la rencontre des plaisanciers pour les former et les conseiller, les actions sont multiples et la volonté ne manque pas pour contribuer à la préservation des océans.

 

Côté habitants, vacanciers et plaisanciers, la prise de conscience est également là, en témoigne le succès des balades éco-citoyennes organisées par l'association pour sensibiliser via la découverte du port. Pour David, il s'agit de "démontrer que c'est possible. À partir du moment où on montre que c'est possible, les gens vont s'interroger sur l'utilité de la chose et le regard va alors changer."

 

 

Une deuxième vie pour ta combi

 

C'est en appliquant cette volonté de démonstration par l'exemple que l'association a rapidement voulu combler un manque en revalorisant des matériaux laissés à l'abandon comme des poches à huîtres vides, des toiles de voile de bateau ou encore des combinaisons de plongée. Echo-Mer récupère ces matériaux considérés comme déchets pour en faire des panières (pour les poches à huîtres), des sacs (pour les toiles de voiles) ou encore des goodies en utilisant la matière néoprène des combinaisons.

 

L'équipe travaille avec un E.S.A.T et un centre pénitentiaire en Nouvelle-Aquitaine pour produire en circuit-court ces objets transformés qui n'attendent qu'une nouvelle vie. "En voyant ce que l'on fait avec le néoprène, quelqu'un va pouvoir, avec sa vieille combi, du fil et une aiguille se faire une pochette pour son téléphone portable ou ses lunettes. C'est ça, démontrer par l'exemple que c'est possible." conclut David.

 

© Les Pandas Roux / Echo-Mer

 

Et ce mantra a déjà pu être testé et approuvé. Au début considérée comme farfelue car pionnière dans ce domaine, l'association recense, parmi ces nombreuses actions, un militantisme affirmé contre l'usage de pesticides dans les ports rochelais et compte dans ce domaine une belle victoire. La preuve par l'exemple ? Au bout de quelques années d'arrêts d'utilisation des pesticides, la criste marine, plante comestible au doux goût anisé, a fait son grand retour dans le port de La Rochelle. Une entreprise de la ville l'utilise désormais pour réaliser des produits cosmétiques et bio au niveau local.

 

Et vous, vous faut-il plus de preuves pour vous mettre aux petits et aux grands gestes ? 

 

 

 

DANS LE MÊME UNIVERS

Plastic Odyssey, l’expédition qui veut s’attaquer à la pollution plastique dans le monde (entre autres)

Earthwake, une machine pour transformer le plastique en carburant

Le zero waste, porte d’entrée vers plus de santé, d’écologie et d’éthique ?

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload