Un prof de maths construit un barrage tout seul pour électrifier son village natal

02.10.2017

 

SOLIDARITÉ – Soucieux de réaliser une action utile pour son village natal de Bolodou en Guinée, Ibrahima Tounkara a donné de son temps et (tout) son argent pour apporter l’électricité aux 90 foyers qui le composent. Comment ? En construisant un micro barrage hydro-électrique, tout simplement.

 

 © Guinéeinfo

 

 

Habitant de Bolodou, Ibrahima Tounkara cherchait comment il pouvait être utile à son village quand lui est venue cette idée folle, construire un barrage hydro-électrique pour apporter l’électricité qui y faisait cruellement défaut. « J’ai vu qu’il y avait une chute d’eau et me suis dit que je pourrais apporter du courant électrique à mon village. Alors je me suis mis à réfléchir à cette situation ». Oui, faut bien réfléchir, parce que là, on parle quand même de construire un barrage… Et, malgré sa formation d’ingénieur, ce prof de maths ne savait absolument pas comment procéder. Mais il ne s’est pas démonté pour autant.

 

 

 

Apporter la lumière à Bolodou…

 

Avec ses économies, Ibrahima s’est acheté un téléphone portable afin de pouvoir effectuer des recherches sur Internet. Fin 2016, après 5 mois de recherches et d’études de faisabilité, il se lance dans la construction et force est de constater que le pari est tenu. Les 90 foyers de Bolodou sont aujourd’hui alimentés par 9KW d’électricité. Les bougies ont été remisées au placard, la lumière jaillie désormais des plafonniers et certains habitants ont même le privilège de pouvoir faire fonctionner une télévision. C’est tout mais (déjà) beaucoup, pour le moment.

 

 

 © Guinéeinfo

 

 

… puis dans d’autres villages

 

UnE production d’électricité modérée qui s’explique : « Je n’avais pas suffisamment d'argent pour acheter des tuyaux de pression alors j’ai fait la conduite d’eau avec du béton armé. Mais la conduite n’est pas si résistante et je vois mes erreurs actuellement. Chaque fois, je suis obligé de colmater et la production du courant ne doit pas dépasser les 9kW ». Faute avouée est (complètement) pardonnée. Et malgré quelques dysfonctionnements dus aux manques de moyens, Ibrahima ne se décourage pas et espère augmenter la puissance de son barrage jusqu'à 30 kW pour fournir d'autres villages en électricité.

 

Une belle idée citoyenne qui, on l’espère, profitera des ressources mises à disposition par l'Initiative de l'Afrique sur les Énergies Renouvelables

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload