MaPUI Labs, le recyclage de médicaments en réseau

21.08.2017

SANTÉ – Start-up bretonne tournée vers le monde hospitalier, MaPUI met en relation les pharmacies hospitalières à travers la France pour une bourse aux médicaments collaborative.

 

 

 

Des besoins de stocks conséquents

 

Le système de santé français, un peu chamboulé ces dernières années, est tout de même plébiscité par une grande partie de la population et jalousée à l’étranger. Pourtant, on oublie souvent le coût de celui-ci et surtout des traitements nécessitant des médicaments onéreux, comme les anticancéreux.  Pour répondre à un fort besoin et ce, dans les meilleurs délais, les pharmacies hospitalières doivent être équipées de nombreuses possibilités de traitements différents qui peuvent parfois atteindre les dates de péremption sans avoir été utilisés (si le traitement a changé en cours de route, que le patient a été transféré ou bien qu’il soit décédé).

 

Devant les pertes financières encourues par les hôpitaux (environ 50 millions d’euros sur l’ensemble du territoire), Antoine Fouéré, pharmacien exerçant au centre hospitalier de St Malo, a eu cette idée de plateforme collaborative pour cartographier les réserves de médicaments et mettre en relation les PUI (pharmacies à usage intérieur) à travers la France. Et les professionnels ont répondu présent à cette initiative !

 

 

Un abonnement mensuel à la plateforme

 

Développée ensuite par Goulwen Lorcy et Camille Demoge, tous les deux ingénieurs, la plateforme se veut facile d’accès, via un abonnement mensuel et une inscription rapide. Les possibilités sont ensuite multiples et pas seulement centrées sur la mise à disposition à d'autres pharmacies des médicaments arrivant à péremption : renseignements de l’état de ses stocks, consultation des disponibilités des autres groupes hospitaliers, mise en relation des partenaires, gestion des ruptures d’approvisionnements, etc.

Hôpitaux et cliniques sont concernés et déjà une centaine d’établissements ont rejoint le projet. En 24h, des médicaments mais aussi du matériel médical peuvent être envoyés à l’autre bout de la France grâce à un partenariat avec Chronopost Santé en fonction des besoins.

 

Un réseau en extension

 

Après ces débuts prometteurs, les fondateurs ne souhaitent pas en rester là. Plus de 2500 structures pourraient bénéficier de cette collaboration et il s’agit à présent de les convaincre des avantages proposés par la start-up. Le projet Hospiville, dont le but est la coordination des professionnels de santé autour de la prise en charge médicamenteuse des patients en fédérant l’hôpital et la ville, a également vu le jour il y a peu.

 

Une initiative originale dans un domaine très spécifique mais qui pourrait bien bénéficier à une grande partie de la population non professionnelle de la santé !

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload